Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Voyageurs immobiles

Les Voyageurs immobiles

CRITIQUES CULTURE LITTERATURE JEU DE RÔLE CINEMA


'Youth' le nouveau film de Paolo Sorrentino- que tout le monde prend pour le successeur de Fellini

Publié par lesvoyageursimmobiles sur 8 Février 2017, 15:10pm

                                                                [ Note : 3/5 ]

Youth raconte l'amitié entre deux hommes sur la fin de leur vie. Deux hommes ayant connu des vies bien remplies : l'un joué par l'immense Michael Caine ( Batman de Christopher Nolan – Alfred le majordome) et l'autre Harvey Keitel ( Bad Lieutenant d'Abel Ferrara). Un Film miroir pour ces acteurs respectivement âgés de 82 ans et 76 ans.

Le personnage de Michael est un compositeur de musique classique – que même la reine d'Angleterre veut anoblir, celui de Harvey est réalisateur de films – un peu loser – et qui a besoin de jeunes loups – une bande de scénaristes- pour tenter d'écrire un ultime film nommé ' Testament ». Les deux se retrouvent dans un paisible hôtel en Suisse, - et font le bilan de leur vie tout en tentant de la finir convenablement.

Et là on retrouve toute la patte FELLINIENNE- – la italienne TOUCH -résumée en Dolce Vita et Satyricon, soit une forme de jouissance décadente à l'italienne. Sorrentino reprend ces thèmes – et les a développés à travers des merveilles. Il Divo en 2008 quand un homme politique influent arrive à la fin de sa vie et doit rendre compte à la justice et au peuple de ces actes. LA GRAND BELLEZA, le chef d'oeuvre de SORRENTINO où Rome est filmé avec une esthétique incroyable – où nous est conté l'histoire d'un vieil beau qui règne en maître sur les nuits et les jours d'une Rome actuelle et décadente entre odeur de Sainteté et orgies.

Bilan subjectif : YOUTH nous endort un peu.

Un peu comme This Must be the place avec un Sean Penn jouant les Rock star, Youth déçoit. La lenteur du film nous fait décrocher, le tout semble un peu artificiel et cela l'excellente performance des acteurs. La beauté de l'image est indiscutable- et nous réserve des moments de pure grâce. L'apparition d'archétypes : l'acteur américain au bord de la piscine, d'un Maradonna obèse et surtout de MISS UNIVERS - ( celle que l'on voit sur l'affiche, incarnée par un mannequin, ex. petit amie de Di Caprioe) est un procédé factice qui ne fonctionne pas. Sorrentino tente d'obtenir le fameux 'temps suspendu' que l'on retrouve par exemple dans 'LOST IN TRANSALATION' de SOFIA COPPOLA,  ou encore 'la folie douce' d'un WES ANDERSON ( THE GRAND BUDAPEST HÔTEL) sans y parvenir véritablement.

UN FILM fondamentalement pessimiste.

Il prône un constat horrible : c'est l'oubli qui nous attend ! L'opposition entre Les personnages de Mickael Caine et Harvey Keitel est évident, voir caricatural– l'un préfère l'oublil'effacement et – l'autre prône de laisser une ULTIME trace, un testament, que ce soit un film ou une autre œuvre. Au milieu de ça, il a les amours oubliés, perdus et je vous laisse continuer la liste : les trahisons,  la maladie, et la douleur. Je reste fasciné qu'un réalisateur si jeune (45 ans)- soit aussi obnubilé par la mort. Au final, on y trouve le même portrait fait des hommes de 'MORT A VENISE' de VISCONTI quand la vieillesse se pare d'élégance – pour cacher la décrépitude.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents