Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Voyageurs immobiles

Les Voyageurs immobiles

CRITIQUES CULTURE LITTERATURE JEU DE RÔLE CINEMA


Première Loi / Servir Froid de Joe Abercrombie Une nouvelle école de la fantasy moderne

Publié par lesvoyageursimmobiles sur 31 Janvier 2017, 15:31pm

Catégories : #Littérature

Dans la famille fantasy, désormais nombreuse, si je prends Joe Abercrombrie- j’aurais bien dû mal à dire s’il est le fils bâtard de George RR Martin pour ses personnages retors ou de Howard pour la toile de fond d’un monde civilisé en déliquescence, un peu des deux sans doute.

Abercrombrie s’est très vite taillé une réputation tantôt flatteuse tantôt critique C’est que le britannique a l’appétit des lions en matière d’univers sombre, car sans être de la Dark fantasy pur jus, il nous livre dans sa trilogie 'Première Loi' un sacré condensé de trahisons, de complots et conquêtes dans un monde en guerre perpétuel. Dans son roman indépendant ‘Servir Froid’, avec Murcatto sa belle héroïne, capitaine d’une compagnie de mercenaires, il exploite une idée simple. Après avoir survécu à une tentative d’assassinat, elle cherchera par tous les moyens à se venger. Totem de la fantasy contemporaine, l'héroïne à la fois sexy et aux tendances psychopathes, nous est servie par une touche personnelle remplie de violences et de scènes choques marquée par une science du découpage marquée par l'ancien métier de l'auteur, monteur vidéo. Et s'il réussit à nous attacher à cette femme et qu’à travers ses envies de meurtres, l’auteur nous fait goûter le prix du sang, on se prend surtout d’affection à divers degré pour les seconds rôles. Car en héritier d’Howard, Abercrombrie brasse les clichés en leur donnant panache et fulgurance, comme Morveer un empoisonneur qui dans sa quête maladroite tente d'être aimé malgré l’handicape d’une profession qui attire peu la confiance de son prochain. Autre personnage, Shiver, aperçu dans sa trilogie ‘Première Loi’, qui malgré son côté ‘pulp 70’s tout en muscle', cet être barbare, caricatural à souhait, comme l’auteur se plaît à réduire tout son peuple, attire plus que notre sympathique en amoureux mal aimé de la belle héroïne narquoise et pragmatique. 'Servir Froid' ne prétend pas avoir une intrigue complexe, et on ne blâmera pas l’auteur pour ça, le propos étant d’offrir une jouissive cavalcade en compagnie de fieffés coquins avide de sangs et de butins. Le propos est clair et si on est prêt à jouer le jeu, le plaisir du lecteur est là. On reprochera des facilités dans l’intrigue, l’accumulation de clichés (somme toute facilitant la lecture et notre addiction à son univers ) et des dialogues par trop simplistes parfois.


A l’inverse ‘Première Loi’ écrit avant ‘Servir Froid’, et pouvant se lire indépendamment, offre une structure plus complexe développée dans une trilogie qui offre elle-aussi de grands moments épiques et magiques, des personnages et une guerre versant aisément dans l’épique. L’avantage de la trilogie est de nous permettre de suivre ces personnages sur plus de 800 pages et nourrir comme pour ceux de Martin une empathie plus profonde, preuve de la réussite de l’oeuvre. L’avertissement que je donnerais concernant le lecteur néophyte découvrant ces oeuves est qu’il ne faut pas s’attendre que le prince soit à la fois beau et intelligent, que le barbare ne soit qu’une brute sanguinaire mais pétri de remords, ce qui n’empêchera pas tout ce beau monde de tout faire pour survivre dans un monde dont ils perçoivent confusément les enjeux. A ce titre, un des rôles titres les plus marquants est celui du mage de service qui surprendra plus d’un, en n’étant certainement pas le magicien le plus sympathique de la création.  

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents